Binance révèle le nombre de clients qu’elle a perdus avec l’imposition du KYC

Certaines choses ont changé chez Binance, des choses qui étaient initialement importantes pour la communauté bitcoin, comme le respect de la vie privée lors des échanges de crypto-monnaies. Toutefois, les chiffres montrent que les changements apportés aux politiques de KYC n’ont pas nui à l’entreprise.

Binance a publiquement soutenu l’utilisation de processus KYC sur les échanges de crypto-monnaies. Cette politique, qui signifie « connaissez votre client« , permet aux entreprises de demander des informations personnelles à leurs utilisateurs avant d’utiliser leurs services.

De cette manière, les bourses – plateformes d’échange de crypto-monnaies – peuvent vérifier que les fonds de leurs utilisateurs ne proviennent pas d’une activité criminelle et même transmettre cette information aux autorités. Cela empêche les mouvements d’argent des personnes d’avoir une vie privée, l’un des principes fondamentaux qui a donné naissance au bitcoin.

Cependant, Changpeng Zhao – alias « CZ » – le directeur de Binance, a déclaré dans une interview à Bloomberg que cette règle n’a pas interféré avec sa communauté. Il a confirmé qu’il n’avait perdu que 3 % de ses clients depuis qu’il a relevé le niveau de KYC il y a trois mois, en exigeant une preuve d’identité faciale et un document.

Les utilisateurs de crypto-monnaies perdent leur confidentialité sur Binance en raison de la procédure KYC, mais ne changent pas d’opérateur.

Au vu de cette statistique, il semblerait que les utilisateurs ne rechignent pas à fournir des données personnelles pour échanger des crypto-monnaies. CZ souligne que c’est parce que « la plupart des gens se sentent plus à l’aise en utilisant un marché réglementé« . Les plateformes Coinbase, Kraken et Kucoin ont également augmenté leurs exigences en matière de KYC récemment.

CZ déclare également que le marché est libre et que ceux qui ne veulent pas suivre sa règle KYC peuvent utiliser un autre échange qui ne l’a pas. Cependant, la société estime que l’application de cette politique d’identification obligatoire à l’ensemble du secteur lui permettrait de réglementer le bitcoin, ainsi que l’écosystème des crypto-monnaies, et c’est là que réside l’avenir.

Binance a fait ce commentaire le 16 novembre dans un communiqué, où Binance a annoncé son intention de contribuer à la régulation du bitcoin au niveau mondial, en collaboration avec les autorités gouvernementales de chaque pays. Dans cette annonce, Binance a également publié les 10 droits fondamentaux dont devraient bénéficier, selon elle, tous les utilisateurs de crypto-monnaies.

Binance, qui s’est annoncé comme une « plateforme décentralisée » pour le commerce des crypto-monnaies depuis sa création en 2017, a reconnu aujourd’hui que ses politiques ont changé. CZ a déclaré dans une interview accordée à Reuters que, pour réguler l’écosystème, il est nécessaire de gérer une bourse centralisée.

Lorsque nous avons commencé, nous voulions adopter des principes décentralisés, pas de siège social, travailler dans le monde entier, sans frontières. Il est maintenant très clair que, pour gérer un échange centralisé, il faut une structure d’entité juridique centralisée derrière lui. Changpeng Zhao « CZ« , directeur de Binance.

Ce changement de politique est intervenu juste après que plusieurs pays d’Europe, comme l’Italie et le Royaume-Uni, ont imposé des obstacles juridiques au fonctionnement des bourses de crypto-monnaies. Depuis lors, Binance a augmenté ses exigences en matière de KYC pour se conformer au cadre réglementaire. Binance a même annoncé qu’elle allait établir son centre de bureaux en Europe et possiblement en France.